jeudi 2 juin 2011

Prêtez-moi la partie de votre corps

" Osons arracher le voile ; le besoin de foutre n'est pas d'une moins haute importance que celui de boire et de manger, et l'on doit se permettre l'usage de l'un et de l'autre avec aussi peu de contrainte. L'origine de la pudeur ne fut, soyons-en bien sûrs, qu'un raffinement luxurieux : on était bien aise de désirer plus longtemps pour s'exciter davantage, et des sots prirent ensuite pour une vertu ce qui n'était qu'une recherche du libertinage. Il est aussi ridicule de dire que la chasteté est une vertu, qu'il le serait de prétendre que c'en est une de se priver de nourriture. Qu'on le remarque bien : c'est presque toujours la sotte importance que nous mettons à certaine chose qui finit par l'ériger en vertu ou en vice ; renonçons à nos imbéciles préjugés sur cela ; qu'il soit aussi simple de dire à une fille, à un garçon, ou à une femme, qu'on a envie de s'en amuser, qu'il l'est, dans une maison étrangère, de demander les moyens d'apaiser sa faim ou sa soif, et vous verrez que le préjugé tombera, que la chasteté cessera d'être une vertu, et l'adultère un crime. Eh ! quel mal fais-je, je vous prie, quelle offense commets-je, en disant à une belle créature, quand je la rencontre : Prêtez-moi la partie de votre corps qui peut me satisfaire un instant, et jouissez, si cela vous plaît, de celle du mien qui peut vous être agréable ? " Sade

 

grue007

 

 

 

Posté par FAUSTROLL à 20:00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


lundi 4 janvier 2010

Honoré, Donatien, Herman, Henri, Fiodor...

"  Les grands romanciers sont des romanciers philosophes, c'est-à-dire le contraire d'écrivains à thèse. Ainsi Balzac, Sade, Melville, Stendhal, Dostoïevski, Proust, Malraux, Kafka, pour n'en citer que quelques-uns.
Mais justement le choix qu'ils ont fait d'écrire en images plutôt qu'en raisonnements est révélateur d'une certaine pensée qui leur est commune, persuadée de l'inutilité de tout principe d'explication et convaincue du message enseignant de l'apparence sensible.Ils considèrent l'oeuvre à la fois comme une fin et un commencement."
A.Camus

 

 

bureau002

Posté par FAUSTROLL à 11:44:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mardi 2 juin 2009

J'ai le temps de l'user

" Ceux qui vous disent que j'ai assez de linge se trompent. Je n'ai plus que quatre chemises mettables et ni mouchoirs, ni serviettes. " D.A. Sade

pont002

Posté par FAUSTROLL à 14:03:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 2 juin 2007

Le souper sonne

" « Allons, Zelmire, dit le financier, venez donc me présenter vos fesses.» Elle était justement de son quadrille. La charmante fille approche en tremblant. On la place au pied du canapé, couchée sur le ventre; on relève sa croupe avec des carreaux; le petit trou paraît en plein. Le paillard, qui bandaillait, baise et manie ce qu'on lui présente. Il ordonne à Julie de le branler; on exécute. Ses mains s'égarent sur d'autres objets, la lubricité l'enivre, son petit instrument, sous les secousses voluptueuses de Julie, a l'air de se roidir un moment, le paillard jure, le foutre coule, et le souper sonne." D.A.Fde Sade

feu002


 

Posté par FAUSTROLL à 19:41:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :