mardi 13 septembre 2011

Docile

" On a raison de remarquer l'indocile liberté de ce membre, s'ingérant si importunément lorsque nous n'en avons que faire, et défaillant si importunément lorsque nous en avons le plus affaire, et contestant de l'autorité si impérieusement avec notre volonté, refusant avec tant de fierté et d'bstination nos sollicitations et mentales et manuelles. Si toutefois, en ce qu'on gourmande sa rébellion et qu'on en tire preuve de sa condamnation (culpabilité), il m'avait payé pour plaider sa cause, à l'aventure mettrai-je en soupçon nos autres membres, ses compagnons, de lui être allé dresser, par belle envie de l'importance et douceur de son usage, cette querelle apostée (feinte), et avoir par complot armé le monde à l'encontre de lui, le chargeant malignement seul de leur faute commune. Car je vous donne à penser s'il y a une seule des parties de notre corps qui se refuse à notre volonté souvent son opération et qui souvent ne l'exerce contre notre volonté." M.de Montaigne           

 

 arbre004

 

 

 

Posté par FAUSTROLL à 18:24:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


lundi 28 février 2011

Tout un jour

" Quelque odeur que ce soit, c'est merveille combien elle s'attache à moi et combien j'ai la peau propre à s'en abreuver. Celui qui se plaint de nature de quoi elle a laissé l'homme sans instrument à porter les senteurs au nez a tort, car elles se portent elles-mêmes. Mais à moi particulièrement, les moustaches, que j'ai pleines, m'en servent. Si j'en approche mes gants ou mon mouchoir, l'odeur y tiendra tout un jour. Elles accusent le lieu d'où je viens. Les étroits baisers de la jeunesse, savoureux, gloutons et gluants, s'y collaient autrefois et s'y tenaient plusieurs heures après."  M.de Montaigne

 

salleattente002


Posté par FAUSTROLL à 19:52:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 13 septembre 2010

Velu

" J'ai au demeurant la taille forte et ramassée; le visage non pas gras, mais plein; la complexion, entre le jovial et le mélancolique, moyennement sanguine et chaude.
- J'ai aussi les jambes et le torse velus (Martial ) - " Montaigne

renoir002

Posté par FAUSTROLL à 18:58:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 28 février 2008

Fuis

" Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis, mais non pas ce que je cherche." M. de Montaigne

pluie002

 

 

Posté par FAUSTROLL à 17:37:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 28 février 2007

Rire

 

 

 

" Je crois Platon de bon coeur, qui dit les humeurs faciles ou difficiles être un grand préjudices à la bonté ou mauvaiseté de l'âme. Socrate eut un visage constant, mais serein et riant, non constant comme le vieil Crassu qu'on ne vit jamais rire. " M.de Montaigne

tunnel002

 

Posté par FAUSTROLL à 18:01:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 13 septembre 2006

Journée

eglise002

" Mon dessein est divisible partout. Il n'est pas fondé en grandes espérances; chaque journée en fait le bout. Et le voyage de ma vie se conduit de même." M.de Montaigne

Posté par FAUSTROLL à 15:12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 28 février 2006

Sans alarme et sans affliction

joint002

" A quoi faire nous allons-nous gendarmant par ces efforts de la science ? Regardons à terre les pauvres gens que nous y voyons épandus, la tête penchante après leur besogne, qui ne savent ni Aristote ni Caton, ni exemple, ni précepte; de ceux-là tire Nature tous les jours des effets de constance et de patience, plus purs et plus roides que ne sont ceux que nous étudions si curieusement en l'école. Combien en vois-je ordinairement, qui méconnaissent la pauvreté ? Combien qui désirent la mort, ou qui la passent sans alarme et sans affliction ? Celui-là qui fouit mon jardin, il a ce matin enterré son père ou son fils. Les noms mêmes de quoi ils appellent les maladies en adoucissent et amollissent l'âpreté; la phtisie, c'est la toux pour eux; la dysentie, dévoiement d'estomac; une pleurésie, c'est un morfondement; et selon qu'ils les nomment doucement, ils les supportent aussi. Elles sont bien grièves quand elles rompent leur travail ordinaire; ils ne s'alitent que pour mourir. « Simplex illa et aperta virtus in obscuram et solertem scientiam versa est.» [Cette vertu simple et accessible a été transformée en science obscure et subtile] " M. de Montaigne

Posté par FAUSTROLL à 17:36:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :