mercredi 20 juillet 2011

« Il le faut »

" Tout véritable écrivain - que l'on songe à Flaubert, à Kafka, à Proust et à tant d'autres - connaît cette exigence d'écrire, ce « il le faut », mais cette exigence d'écrire était-elle celle d'écrire Madame Bovary, ou Du côté de Guermantes ? Je ne le crois pas, et c'est du reste pourquoi les correspondances de Flaubert ou de Kafka, qui se réfèrent bien plus directement que leurs romans au « il le faut », m'ont précisément toujours paru plus importantes, plus riches d'avenir que leurs romans." R.Laporte

 

voitures002

 

 

 

Posté par FAUSTROLL à 18:51:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


dimanche 8 mai 2011

Jouir

" Les hommes trouveront toujours que la chose la plus sérieuse de leur existense, c'est jouir. " G.Flaubert

 

dimanche093

 

 

Posté par FAUSTROLL à 21:12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 13 décembre 2010

Ogive

" La femme, pour nous tous, est l'ogive de l'infini. Cela n'est pas noble, mais tel est le vrai fond du mâle." G.Flaubert

ciel007

Posté par FAUSTROLL à 00:16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 8 mai 2010

Dimanche

" Il arriva en toilette des dimanches, mal à son aise dans cette atmosphère lugubre. " G.Flaubert

tapis002

Posté par FAUSTROLL à 21:46:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mercredi 16 décembre 2009

Ennui

" Il y a des tentatives de suicide affectif. Il y a aussi des tentatives de suicide professionnel. Flaubert, l'auteur de Madame Bovary, a écrit qu'une chose devient intéressante pourvu qu'on l'observe longuement. Flaubert, comme on le sait, a connu de longues périodes d'ennui. Vu d'une certaine hauteur, un périphérique devient une chose intéressante." P.Mérot

hopital003

Posté par FAUSTROLL à 22:40:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 8 mai 2009

Habitable

"Oh ! si je pouvais m'enfuir dans un pays où l'on ne voie plus d'uniformes, où l'on n'entende pas le tambour, où l'on ne parle pas de massacre, où l'on ne soit pas obligé d'être citoyen ! Mais la terre n'est plus habitable pour les pauvres mandarins !" G.Flaubert

grue011

Posté par FAUSTROLL à 23:47:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 12 décembre 2008

Il pleura pendant longtemps

" Son cheval était perdu, ses chiens l'avaient abandonné : la solitude qui l'enveloppait lui sembla toute menaçante de périls indéfinis. Alors, poussé par un effroi, il prit sa course à travers la campagne, choisit au hasard un sentier, et se trouva presque immédiatement à la porte du château. " G.Flaubert

nbbleu002



Posté par FAUSTROLL à 12:10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 8 mai 2008

Le temps d'aimer

" La semaine prochaine je prends 38 ans. - Ou plutôt trente-huit m'auront pris - ce qui me fait faire des réflexions philosophiques dans le silence du cabinet ! et cependant, comme dit notre immortel fabuliste, le bon La Fontaine :
Ah ! si mon coeur pouvait encor se renflammer !
Ne trouverai-je plus de charme qui m'arrête ?
Ai-je passé le temps d'aimer ?

On trouve toujours des charmes qui vous arrêtent. Les roses ne manquent jamais ! Mais si l'on ne sent plus que les épines !
Suis-je fleuri, hein ? "
G.Flaubert

rose003

Posté par FAUSTROLL à 21:47:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 12 décembre 2005

S'enfuir !

 

bonbon002

" Oh ! si je pouvais m'enfuir dans un pays où l'on ne voie pas d'uniformes, où l'on n'entende pas le tambour, où l'on ne parle pas de massacre, où l'on ne soit pas obligé d'être citoyen ! Mais la terre n'est plus habitable pour les pauvres mandarins ! ...' G. Flaubert

 

 


Posté par FAUSTROLL à 16:52:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :