mercredi 5 octobre 2011

Monstre

" L'homme n'est peut-être que le monstre de la femme, ou la femme le monstre de l'homme. " D.Diderot

ségolène002



Posté par FAUSTROLL à 16:26:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


dimanche 31 juillet 2011

Refaire un tout avec Vous

 

" Ceux qui se sont aimés pendant leur vie et qui se font inhumer l'un à côté de l'autre ne sont peut-être pas aussi fous qu'on pense. Peut-être leurs cendres se pressent, se mêlent et s'unissent ! Que sais-je ? Peut-être n'ont-elles pas perdu tout sentiment, toute mémoire de leur premier état. Peut-être ont-elles un reste de chaleur et de vie dont elles jouissent à leur manière du fond de l'urne froide qui les renferme. Nous jugeons de la vie des éléments par la vie des masses grossières ! Peut-être sont-ce des choses bien diverses. On croit qu'il n'y a qu'un polipe ! Et pourquoi la nature entière ne serait-elle pas du même ordre ? lorsque le polipe est divisé en cent mille parties, l'animal primitif et générateur n'est plus; mais tous ses principes sont vivants.
Ô ma Sophie ! il me resterait donc un espoir de vous toucher, de vous sentir, de vous aimer, de vous chercher, de m'unir, de me confondre avec vous quand nous ne serons plus, s' il y avait dans nos principes une loi d'affinité, s'il nous était réservé de composer un être commun, si je devais dans la suite des siècles refaire un tout avec vous, si les molécules de votre amant dissous avaient à s'agiter, à s’émouvoir et à rechercher les vôtres éparses dans la nature !
Laissez-moi cette chimère, elle m'est douce, elle m'assurerait l'éternité en vous et avec vous." D.Diderot

 

 

dimanche103


Posté par FAUSTROLL à 19:12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 5 octobre 2010

Le sort

" j'aime, moi, ces vents violents, cette pluye que j'entens frapper nos goutières pendant la nuit, cet orage qiui agite avec fracas les arbres qui nous entourent, cette basse continue qui gronde autour de moi; j'en dors plus profondément, j'en trouve mon oreiller plus doux, je m'enfonce dans mon lit, je m'y ramasse en un peloton; il se fait en moi une comparaison secrette de mon bonheur avec le triste état de ceux qui manquent de gîte, de toit, de tout asile, qui errent la nuit exposés à toute l'inclémence de ce ciel, qui valent mieux que moi peut-être que le sort a distingué, et je jouis de la préférence." D.Diderot

voiture008

Posté par FAUSTROLL à 20:01:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 31 juillet 2010

Passager

" Un portrait peut avoir l'air triste, sombre, mélancolique, serein, parce que ces états sont permanents; mais un portrait qui rit est sans noblesse, sans caractère, souvent même sans vérité, et par conséquent une sottise. Le ris est passager. On rit par occasion; mais on n'est pas rieur par état." D.Diderot

voiture04

Posté par FAUSTROLL à 17:48:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 5 octobre 2009

Loisir

"Temps vide que nos devoirs nous laissent, et dont nous pouvons disposer d’une manière agréable et honnête. Si notre éducation avait été bien faite et qu’on nous eût inspiré un goût vif de la vertu, l’histoire de nos loisirs serait la portion de notre vie qui nous ferait le plus d’honneur après notre mort et dont nous nous ressouviendrions avec le plus de consolation sur le point de quitter la vie : ce serait celle des bonnes actions auxquelles nous nous serions portés par goût et par sensibilité, sans que rien nous y déterminât que notre propre bienfaisance." D.Diderot

ciel010

Posté par FAUSTROLL à 20:23:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 31 juillet 2009

Vanités

" - Et ces yeux qu'elle tourne sur vous à la dérobée; convenez que vous qui êtes connaisseur, vous n'en avez guère attaché de plus brillants et de plus doux. Quelle grâce, quelle légèreté et quelle noblesse dans sa démarche, dans son maintien !
  - Je ne pense plus à ces vanités; je lis l 'Écriture, je médite les Pères. "
D.Diderot

bureau003

Posté par FAUSTROLL à 19:37:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 5 octobre 2006

Misère

" On ne fait jamais tant d'enfants que dans les temps de misère." D.Diderot



sdram002


 

Posté par FAUSTROLL à 15:37:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :